Be brave…

 

Advertisements

Winter issues.

Un giorno vi racconterò l’inverno. Quello dei -31 gradi, della neve pressata sul marciapiede che diventa ghiaccio fin dove occhio possa arrivare, della neve accumulata sul ciglio della strada, del vento perennemente in faccia. Ma quel giorno non è oggi.

Oggi vi racconterò dei problemi invernali del primo mondo (nel caso in cui qualcuno se lo stesse chiedendo ecco un esempio di first world problems)

IMG_1298
Dangerous WiFi

Tragedia numero 1: dopo aver indossato tutta l’armatura invernale (che nemmeno i cavalieri medioevali impiegavano tutto quel tempo) metti piede fuori dal portone di casa e ti accorgi di non aver indossato le cuffiette, ma fa troppo freddo per togliersi i guanti, così devi affrontare la strada senza colonna sonora.

Tragedia numero 2: quando, invece, ti ricordi di mettere le cuffiette, ma, disgraziatamente, nel camminare una ti scivola fuori dall’orecchio. E fa sempre e comunque troppo freddo per togliere i guanti. E avrai un orecchio più freddo dell’altro.

Tragedia numero 3: quando la porta dell’ascensore si apre e la persona che sta uscendo si scusa per averti intralciato la strada e tu non fai in tempo a scusarti a tua volta (questo è più che altro un Canadian world problem).

Tragedia numero 4: quando sali sul bus e sei già pronta a salutare l’autista (perché sì, qua gli autisti salutano tutti i passeggeri e li ringraziano per aver timbrato il biglietto), ti lanci con un “bonsoir” orgogliosa dei tuoi inutili progressi nel francese e l’autista ti risponde con “bonjour”. Ma sono le 9 di sera.

Tragedia numero 5: quando cammini nella neve a -23 e il calzino decide di scivolarti sotto al piede e non sai se sia peggio camminare così fino a casa o togliere i guanti, congelare, aprire lo stivale, congelare ancora di più e mettere il calzino al suo posto.

Tragedia numero 6: finalmente decidi di tentare l’approccio con qualche commesso/a in francese. Tentativo 1 fallito con te che guardi con occhi da pesce bollito chi ti sta davanti e poi parli in inglese. Tentativo numero 2 fallito con te che parti in quarta e poi ti accorgi di aver parlato in spagnolo. Tentativo numero 3 fallito perché hai centrato il cinese che non capisce l’inglese, probabilmente nemmeno il francese e a gesti gli fai capire che fa niente e te ne vai. Fino al tentativo numero 20 le cose sono andate circa così.

Le tragedie sono in aggiornamento.

 

Un jour je vais vous raconter l’hiver. Ce sont des -31°, de la neige compactée sur le trottoir qui devient de la glace jusqu’à perte de vue, de la neige accumulée au bord de la route, du vent constamment dans le visage.
Mais ce jour n’est pas aujourd’hui.

Aujourd’hui je vais vous raconter des problèmes d’hiver d’une importance mondiale (au cas où quelqu’un est intéressé c’est un exemple de first world problems).

Tragedie numéro 1: après avoir porté toute l’armure d’hiver (que même les chevaliers médiévaux n’avaient pas à prendre tout ce temps) mis le pied à l’extérieur de la maison et tu réalises que tu n’as pas mis tes écouteurs, mais il fait très froid pour enlever tes gants, donc tu dois affronter la rue sans trame sonore.

Tragedie numéro 2: quand, tu te souviens de porter les écouteurs, mais malheureusement, en marchant une t’échappe de l’oreille. Et il fait froid quand même pour enlever tes gants. Et tu vas avoir une oreille plus froide que l’autre.

Tragedie numéro 3: quand la porte de l’ascenseur s’ouvre et la personne qui sort s’excuse pour t’avoir bloqué le passage et tu n’as pas le temps de t’excuser aussi (c’est, probablement, un problème mondial typiquement canadien).

DSCN3347
Dangerous place

Tragedie numéro 4: quand tu prends le bus et tu es déjà prête à saluer le chauffeur (parce que, oui, ici les chauffeurs saluent tous les passagers et ils leur disent merci pour avoir tamponné le billet), tu lui lances avec un “bonsoir” fière de tes progrès inutiles en français et le chauffeur te répond avec un “bonjour”. Mais il est 9h du soir.

Tragedie numéro 5: quand tu marches dans la neige à -23° et une chaussette décide de glisser de ton pied et tu ne sais pas si c’est pire de marcher comme ça jusqu’à la maison ou d’enlever tes gants, geler, ouvrir la botte, congeler et remettre la chaussette à sa place.

Tragedie numéro 6: finalement tu décides de tenter l’approche avec un(e) vendeur(euse) en français. Tentative numéro 1 = échec. Tu le(la) regardes avec des yeux de poisson bouilli et puis tu parles en anglais. Tentative numéro 2 = un autre échec. Tu continues à parler à toute vitesse et puis tu réalises avoir parlé en espagnol. Tentative numéro 3 = encore un échec parce que tu es tombée sur le seul Chinois qui ne comprend pas l’anglais, probablement pas le français non plus et tu lui fait comprendre par signes que ça fait rien et tu t’en vas et ce, jusqu’à la tentative numéro 20. Les choses ont été presque comme cela.

Les tragédies sont en mise a jour constantes.